Gynécologie

Prise en charge médicale et chirurgicale


Gynécologie médicale

Contrôle gynécologique annuel avec PAP test et contrôle HPV (papillomavirus), colposcopie

Suivi de grossesse - Dr Bernard Gall - NeuchâtelLe frottis, qu’il soit annuel ou bisannuel ou trisannuel en fonction des pays, consiste à dépister des anomalies sur le col de l’utérus qui tôt ou tard peuvent devenir cancéreuses. Grâce à cet examen, de moins en moins de femmes sont atteintes de cette maladie qui fait des ravages dans d’autres pays.

Nous savons depuis peu que le responsable est un virus plus ou moins méchant en fonction de son type ou de son origine. Nous sommes maintenant en mesure de l’identifier avec précision. Certes un vaccin existe (sans danger contrairement à sa réputation), mais celui-ci s’avère imparfait, car il ne couvre pas encore tous les types agressifs de virus. Ces examens ont un coût gigantesque à l’échelon d’un pays, mais sont indispensables. La colposcopie est un examen qui consiste à regarder avec une loupe à fort grossissement le col de l’utérus afin d’y chercher une maladie.

Contraception: pilule, stérilet, implants, patchs…

La contraception hormonale par pilule a encore largement la préférence des femmes en Suisse alors qu’au niveau mondial le stérilet (ou spirale ou DIU ou IUP) occupe à juste titre la première place. La prise de conscience que la prise de pilule n’a rien à voir avec la prise de sucrettes a été favorisée par les récents scandales qui ne doivent pas incriminer telles ou telles générations ou marques de pilules, mais TOUTES sans exception. Ce n’est jamais anodin de prendre des hormones plus ou moins bien supportées.

Pour un médecin, il s’agit d’une décision importante de la prescrire, et ce dernier doit, au préalable, soumettre sa patiente à un entretien afin d’éliminer les contre-indications, puis réaliser un examen et enfin demander des examens complémentaires, comme une prise de sang.

Face à cette situation, nous disposons de moyens sûrs avec le stérilet pour éviter ce genre de problèmes Avec ou sans enfant, il est toujours possible d’en poser un sans douleur si le praticien respecte les règles élémentaires dans ce domaine. Non, il ne rend pas stérile. Non, il ne donne pas d’infections, qu’il soit au cuivre ou hormonal. Ce dernier doit toutefois être réservé à certaines situations bien particulières.


Troubles hormonaux avec problèmes de poids, de pilosité et d’acné

Beaucoup de jeunes femmes consultent pensant avoir des troubles hormonaux quand elles ont des problèmes avec leur poids. Elles oublient malheureusement que dans notre société de consommation outrancière où tout est proposé indifféremment, nous mangeons TROP; TROP sucré et TROP salé.

Toutefois, il est parfois possible qu’un tel problème existe et il s’agit de dépister une maladie telle que le syndrome des ovaires polykystiques ou des troubles du fonctionnement de la glande thyroïde.


Problèmes pour concevoir un enfant ou stérilité vraie

On ne peut pas acheter un bébé à crédit et souvent l’impatience et la pression de l’entourage font que le couple croit avoir un problème, alors qu’il n’a juste pas su attendre un peu pour que la nature fasse son travail.

Cependant, au-delà d’un an d’attente, il est raisonnable de débuter les examens à la recherche d’un problème. Il faut un entretien sur les habitudes intimes du couple, vérifier le bon fonctionnement par un examen complet qui peut être complété par des examens sanguins ou la réalisation de courbes de températures souvent stressantes. De manière précoce, il faut orienter le partenaire vers un examen du sperme.

D’autre examens doivent ensuite être proposés (mais non imposés) comme des radios ou des opérations appelées laparoscopie au cours desquelles il s’agit de vérifier définitivement l’intégrité des organes internes. J’insiste sur le fait que le couple reste maître dans la décision de faire ou de ne pas faire tel ou tel examen proposé et selon son rythme. Il y a très rarement urgence. Il en va de même si une pathologie est découverte et qu’il s’agit de mettre en route un traitement.


Prise en charge avec accompagnement dans la ménopause avec ou sans traitement hormonal

Environ 15% des femmes passent la ménopause sans problème. Cela est lié à une activité résiduelle des ovaires ou de la graisse du corps qui fabriquent de faibles quantités d’hormones pour assurer le bien-être. Pour les autres femmes, il s’agit d’une étape souvent difficile de la vie qui s’engage, où celles-ci ne sont pas toujours gagnantes.

Il faut d’abord essayer des produits dits naturels, car ainsi plus vendeurs mais très chers, avant de tenter un traitement hormonal. Le meilleur produit étant celui le plus faiblement dosé, mais qui doit être efficace sur les bouffées de chaleur, le sommeil, le moral, la capacité intellectuelle, la vie sexuelle et les douleurs osseuses.

Non, un traitement bien choisi ne donnera pas le cancer du sein comme on le lit encore dans une certaine presse en mal de sensationnel. Certes rendus responsables à tort de tous les maux, ces traitements sont à nouveau reconnus inoffensifs si l’on s’en tient aux produits contenant des hormones naturelles.


Troubles de la vie sexuelle, problèmes de libido (désir), consultation pour couples

Un grand nombre de troubles résultent de situations temporaires. Prises en considération rapidement, cela vous permet de ne pas vous enfoncer au niveau du couple et de trouver des solutions satisfaisantes.

Nous sommes au début de nouveaux traitements prometteurs pour les dames, comme le sont les traitements pour les hommes avec des troubles érectiles dont la vie a été révolutionnée. Les situations conflictuelles aboutissent souvent à ces problèmes.


Pulvérisation laser CO2 pour pathologie du col de l’utérus et du vagin

Disposer d’un laser CO2 permet de réaliser des traitements mini-invasifs au niveau du col de l’utérus pour des lésions liées au papillomavirus ou HPV notamment sans vous faire prendre de  majeurs risques pour une future grossesse.

Les maladies dues au HPV ou papillomavirus peuvent bénéficier d’un traitement par laser CO2, beaucoup moins agressif que la cautérisation. Il s’agit ainsi d’éviter les évolutions cancéreuses de ces maladies très fréquentes.


Pédiatrie et gynécologie: infections, puberté précoce, anomalies congénitales

Souvent, dès l’âge de 3-4 ans, les petites filles peuvent avoir des irritations dans leur intimité pouvant aboutir à des attitudes bizarres. Il s’agit de les dépister et de les soigner avec beaucoup d’attention sans les brusquer.

Ces troubles peuvent être le résultat de l’état hormonal particulier à cet âge, mais peuvent être aussi le signe que votre petite subit des contraintes que la loi interdit, comme des attouchements ou pire.

Avec les changements dans notre alimentation, la puberté précoce est de plus en plus fréquente et il s’agit de la découvrir à temps, souvent vers 8 ans ou même avant, afin de la soigner avant qu’il ne soit trop tard.

Puis arrive autour des 12 ans cette fameuse puberté, âge où les changements morphologiques de la jeune fille se mêlent aux changements psychologiques. Cet âge est très riche en bouleversements. La découverte de la sexualité ajoute une touche gynécologique à des troubles souvent encore pris en charge par les pédiatres. Une coopération entre ces deux spécialistes est toujours fructueuse.


Maturité et gynécologie: infections, douleur, incontinence

Notre population vieillit de mieux en mieux, ce qui ne se fait pas sans une attention toute particulière. En effet, des problèmes mineurs peuvent devenir graves au fil du temps par inattention ou négligence. C’est pourquoi un examen de contrôle, ne serait-ce que tous les trois ans, est indispensable pour le dépistage. L’activité sexuelle de plus en plus longue des femmes entraîne aussi des comportements modifiés et des traitements spécifiques visant à améliorer le confort. Les troubles urinaires sont habituels et étroitement liés à l’état hormonal. Il y a définitivement une solution à chaque problème, il suffit de bien vouloir en parler avec votre gynécologue.

Une attention particulière est portée à la sècheresse vaginale qui, à tout âge et en toutes circonstances, peut bénéficier d’un traitement par laser (pas encore pris en charge par les assurances maladie).

A noter que ce traitement est particulièrement efficace pour vous qui avez subi une chimiothérapie ou une radiothérapie et qui avez une contre-indication aux traitements hormonaux du fait de votre maladie.

Le rajeunissement du vagin peut également s'effectuer au laser avec des résultats époustouflants en deux ou trois séances. Ce faisant, les problèmes urinaires souvent liés au vieillissement du vagin sont nettement améliorés sans chirurgie et après échec de la physiothérapie.

Une consultation gratuite s’impose.


Echographie

Echographie pelvienne et abdominale

Ces examens permettent d’éliminer des polypes, des fibromes, des kystes et de prévenir des évolutions cancéreuses s’ils sont pratiqués régulièrement. Cet examen a révolutionné la gynécologie depuis environ 30 ans et a permis d’éviter de très nombreuses opérations chirurgicales.

Echographie mammaire

Grâce au développement technique des appareils les plus récents, il s’agit souvent d’une réelle alternative à la mammographie avant 50 et après 70 ans. Pas d’émission de rayons X, pas d’examens douloureux.

Cet examen, particulièrement indiqué dans le contrôle des implants mammaires, devrait se dérouler tous les 2-3 ans et permet aussi de suivre les pathologies kystiques du sein ainsi que les fibroadénomes très fréquents dans l’adolescence. Cette échographie s'avère également très utile aussi afin d’éliminer une anomalie avant toute chirurgie plastique du sein. Elle ne remplace pas la mammographie en pathologie cancéreuse, mais vient très souvent en complément.